real-estate-tag-line
real-estate-company-logo
real-estate-company-logo

LES TRANSPORTS

La mise en place d’un réseau d’infrastructures de transport est l’une des priorités du Gabon. Environ 70 % des investissements dans le secteur du transport sont dédiés à cet objectif.
Le réseau routier est actuellement composé de 9 170 kilomètres de routes, dont 936 kilomètres sont asphaltés et 7 600 kilomètres faits de latérite. Le Gabon possède :
• 3 015 km de routes de classe A ;
• 1 528 km de routes de province ;
• 834 km de route de classe B ;
• 571 km de routes non classifiées ;
• Environ 900 km de chemins saisonniers.
Aujourd’hui, il est possible d’accéder à toutes les capitales de province par voie routière, à l’exception de la péninsule de Mandji (Port-Gentil). Le développement des autoroutes est également l’une des priorités du programme de développement du Gabon Emergent.

Les ambitions pour le secteur des transports

Avec le projet de société du Président Ali Bongo Ondimba, « L’avenir en confiance », qui promet le désenclavement de l’ensemble du Gabon à l’horizon 2016, les transports et services alternatifs sont un maillon économique important dans la chaîne des opérations de développement du Gabon Emergent.

Quatre axes ont été délimités pour orienter les travaux :
• Les infrastructures et l’environnement des transports ;
• Le matériel roulant et le type de transport utilisé ;
• La réglementation et le renforcement des capacités humaines ;
• La part du secteur des transports dans l’économie nationale.

La maîtrise et l’amélioration des réseaux de transport sont un enjeu majeur pour le Gabon. Avec 70% des investissements injectés par le gouvernement, ce secteur a une importance croissante pour le développement des affaires, et crée des liens entre les populations, les régions. Il se subdivise en quatre catégories essentielles : les transports routiers, aériens, ferroviaires, ainsi que fluviaux et maritimes.

Les opportunités dans le secteur des transports

L’aménagement des routes

Dès 2002, l’aménagement et le revêtement de 2 500 km de linéaire sur les 9 170 km de routes que compte le Gabon a été prévu sur une période courant juqu’à 2015.
Il s’agit notamment des axes :
• Franceville – Léconi (95 km), pour consolider l’intégration de la région ;
• Léconi – Kabala (27 km), itinéraire qui assure la liaison entre la voie ferroviaire (Franceville) et la voie fluviale (Mossako et fleuve Congo) ;
• Alembé – Mikouyi (302 km), pour améliorer les échanges entre Libreville et le Sud-est du Gabon ;
• Fougamou – Mouila (112,4 km), itinéraire structurant qui s’intègre dans l’axe Nord-Sud du Gabon, et qui est situé sur le corridor Yaoundé-Brazzaville ;
• Libreville – Nsilé (105 km), artère principale vers l’intérieur du pays ;
• Pont Octra – Port d’Owendo (10 km), axe routier qui rend la circulation des produits fluides plus sûre ;
• Libreville – Bifoun. Mise en concession pour fort débit de circulation. Cet axe est le seul qui dessert le Nord, le Sud et l’Est du Gabon ;
• Fougamou-Doussala, qui fait partie du corridor Ndjamena – Yaoundé – Brazzaville ;
• Ndendé-Lébamba (37 km) et Ndendé-Koulamoutou, pour relier le sud du Gabon au Transgabonais.
La route est le mode de transport dominant au Gabon. Elle assure 80 à 90% du transport des personnes et des biens.

Infrastructures aéroportuaires

Le Gabon dispose de 44 aéroports publics dont trois internationaux (Libreville, Port-Gentil et Franceville).
L’aéroport international de Libreville, qui accueille la majorité des vols à destination multiples, se voit rattrapé par la ville. Le gouvernement a donc décidé de déplacer l’aéroport à 60 km de Libreville, sur le site d’Andem qui couvre une superficie de 1500.
La construction du nouvel aéroport à Antem sera un moyen de développer cette banlieue proche de Libreville et d’y créer plus de 3000 emplois.

Les infrastructures ferroviaires

Les voies ferrées du Gabon courent sur 658 km suivant un axe unique reliant le port d’Owendo, dans la banlieue sud de Libreville, à Franceville, capitale de la province du Haut-Ogooué.
La société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG) a annoncé la réception de deux nouveaux trains en 2011. Ce programme est relatif au renforcement du transport sur l’axe Libreville – Moanda – Franceville. Par ailleurs, la SETRAG va acquérir d’un autorail diesel pour desservir la région de la Lopé.

Infrastructures fluviales et maritimes

Le développement des infrastructures fluviales et maritimes représente un véritable défi pour le Gabon. Le projet d’établir le littoral comme zone d’action prioritaire vise l’établissement d’un cadre institutionnel de gestion et de développement durable de la région côtière. Le gouvernement gabonais, en collaboration avec le Japon, a décidé d’accorder 2,465 millions de dollars pour la réalisation de ce projet dont l’objectif est de répondre au problème de préservation de la zone côtière gabonaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: (#10) This endpoint requires the 'manage_pages' permission or the 'Page Public Content Access' feature. Refer to https://developers.facebook.com/docs/apps/review/login-permissions#manage-pages and https://developers.facebook.com/docs/apps/review/feature#reference-PAGES_ACCESS for details.
Type: OAuthException
Code: 10
Please refer to our Error Message Reference.