real-estate-tag-line
real-estate-company-logo
real-estate-company-logo

Trafic maritime commercial

Etant donné le poids du trafic maritime commercial dans l’économie gabonaise, toute une série de projets visant à renforcer la capacité opérationnelle des ports existants de la république est actuellement en cours. La construction de nouvelles infrastructures à l’intérieur du pays figure également au programme et devrait permettre de mieux répondre aux besoins d’une industrie extractive dont la production est à la hausse.

Ces dernières années, l’activité portuaire gabonaise a connu une croissance régulière et le trafic à Owendo, principal port du pays, affiche depuis 2009 une hausse annuelle de l’ordre de 7 à 10%. A l’heure actuelle, le port traite environ 6 millions de tonnes de marchandises par an, chiffre qui devrait augmenter dans les années à venir, en raison notamment de l’objectif du pays d’augmenter la production dans les secteurs agricoles et industriels.

« Sachant que 90% des échanges commerciaux du Gabon utilisent essentiellement les transports maritimes, la modernisation des ports et de l’ensemble du secteur des infrastructures est essentielle pour demeurer compétitif à l’échelle internationale. », a déclaré Rigobert Ikambouayat Ndeka, le directeur général de l’Office des Ports et Rades du Gabon (OPRAG), à OBG. « La création de Zones Économique Spéciales (SEZ) et ses effets directs sur la balance commerciale du Gabon – le taux d’exportation des conteneurs notamment du bois débité ayant connu une progression de l’ordre de 57% en 2011 – engendre des opportunités de développement supplémentaires pour le secteur des transports et des espaces logistiques. »

Afin de faire en sorte que les ports soient en mesure de satisfaire la demande, un nombre important de projets visant à augmenter la capacité de ces derniers et les rendre plus efficaces a été lancé. Malgré une grève récente, ces projets se poursuivent.

Les infrastructures déjà existantes ont été les premières concernées dans le pays et ont bénéficié d’une révision progressive au cours des dernières années. En 2003, le gouvernement a accordé à Portek International, récemment racheté par le conglomérat japonais Mitsui, une concession de 25 ans concernant la gestion des ports d’Owendo et de Port-Gentil, deuxième plus grand port du Gabon et principal terminal pétrolier du pays. A eux deux, ces ports représentent 80% des échanges commerciaux gabonais.

A l’heure actuelle, le port d’Owendo dispose d’un quai de 455 mètres et peut seulement accueillir deux navires à la fois. L’OPRAG va réaliser dans les prochains mois une extension du quai de 300 à 500 mètres pour parvenir à une longueur totale avoisinant 1 kilomètre, ce qui permettra d’accueillir jusqu’à 4 navires simultanément. Ainsi, le temps d’attente au port relatif au trafic conteneurs sera réduit.
Les projets d’expansion se voient bien sûr confrontés à quelques défis, comme par exemple le problème du manque de place pour l’extension des aires d’entreposage et de stockage qui limite les potentialités du port en matière d’activités logistiques multimodales.

Un projet de construction de voie ferrée entre Mayumba et la ville de Mbigou, à l’intérieur des terres, est également à l’étude. Elle permettrait de réduire les coûts de transport vers l’intérieur du pays et de faciliter les échanges commerciaux.

De plus, dans le cadre de son programme routier financé par la Banque Africaine de Développement, le gouvernement a entrepris de réhabiliter cinq docks et de moderniser les infrastructures de navigation du fleuve Ogooué. Le transport fluvial sur l’Ogooué constitue un lien vital, à la fois pour la population et pour les marchandises, entre Port-Gentil et le reste du pays. Une partie des fonds du programme sera consacrée à une étude de faisabilité d’un port fluvial à Lambaréné.

Une croissance économique régulière, une diversification de l’activité, une demande à la hausse, des opportunités d’investissements variées allant de la construction et de la maintenance jusqu’à la logistique et aux services d’affrètement, sans oublier un gouvernement qui s’efforce de faciliter et d’encourager la participation du secteur privé : tous les facteurs sont réunis pour faire en sorte que le secteur maritime gabonais soit synonyme de croissance sur le moyen à long terme.
Trafic maritime commercial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: Error validating application. Application has been deleted.
Type: OAuthException
Code: 190
Please refer to our Error Message Reference.